Pourquoi ?

L’élevage familial à la base de l’écosystème rural

 

Dans les pays du Sud, l'agriculture est une ressource essentielle pour les paysans. Elle leur procure leur nourriture et quand la production est bonne, un peu de liquidité pour les frais de scolarité et de santé.

Y associer l’élevage leur permet de diversifier leurs sources de revenu et d'atteindre la sécurité alimentaire avec un impact limité sur leur environnement. Agriculture et élevage sont en effet complémentaires : les résidus de récoltes nourrissent les animaux, les déjections fournissent de l’engrais, certains animaux peuvent aider à travailler les champs, et leur élevage dans l’année permet d’avoir une activité stable garantissant des revenus même en période de soudure. L’élevage familial est ainsi une clé du développement économique et social en milieu rural.

Les paysans mettent à profit tous les aspects possibles autour de leur animal d'élevage, que ce soit pour sa viande, son lait, son cuir ou encore sa fumure (fumier naturel généré par les bêtes). L'animal constitue ainsi une véritable « épargne sur pattes » qui permet à la famille de subvenir à ses besoins en période d’insécurité alimentaire.

Mais posséder un premier animal représente déjà un coût que les populations rurales ont de grandes difficultés à surmonter...

 

Le crédit rural comme vecteur du développement local

 

Le monde rural et agricole est encore exclu des systèmes bancaires traditionnels.
Pour diverses raisons, les institutions de micro-finance classiques ne prennent pas le risque de prêter aux paysans : isolement géographique, manque d’infrastructures de suivi, saisonnalité des revenus liée au cycle de production, garanties peu fiables.

Il existe heureusement quelques organismes de microcrédit rural qui offrent des services de proximité appropriés à la nature de leur activité, mais les taux pratiqués et les garanties demandées excluent généralement les populations les plus démunies, ce qui les ancre toujours plus le cercle vicieux de la pauvreté.

Pour remédier à cela, Zebunet a créé un système de microcrédit rural et solidaire qui permet aux familles en situation précaire de développer dignement leurs activités :
En souscrivant à un PEA (Plan Épargne Animal) sur le site de Zebunet, un particulier ou une entreprise du Nord peut donner une somme définie pour financer la première acquisition en animal d’un éleveur de Sud.
Avec ce PEA Zebunet octroie un microcrédit, qui permettra de lancer la nouvelle activité d’élevage de l’agriculteur. En 12 à 36 mois selon les projets, le paysan rembourse ce microcrédit et développe son élevage. A terme il est propriétaire de ses animaux et dispose ainsi d'une diversification de ses activités et revenus.


Avec les microcrédits remboursés, Zebunet peut préfinancer de nouveaux projets de microcrédits élevage, ou d’autres activités parallèles (reboisement, biogaz, équipement).
Dans tous les cas les fonds financés via les PEA et envoyés dans un pays restent nécessairement dans le pays du projet. Zebunet ne recherche pas la rentabilité de ces fonds, les éventuels intérêts pratiqués servant uniquement à couvrir une partie des frais de suivi des partenaires locaux.
Ainsi le crédit rural s’inscrit dans un cercle vertueux de développement : un particulier peut soutenir un agriculteur du Sud, et ces fonds, une fois remboursés, permettent de préfinancer d’autres activités.