Madagascar

ACTIONS DE MICROCRÉDIT

Des zébus et des poules !

 

Zones d'intervention avec nos différents partenaires :



Nos partenaires :

FANAINGAM PIVOARANA : association malgache créée en 2016, dont le président est l’ancien technicien vétérinaire des projets Fanoitra. Spécialisée dans le développement rural et l’élevage, FPV a pour objectif principal « d’améliorer les conditions de vie des populations rurales » sur sa zone d’intervention.

LALONA : ONG de droit malgache œuvrant dans le domaine de la gestion des ressources naturelles, ainsi que dans l’appui au développement des communes, par le renforcement des capacités des responsables en bonne gouvernance, en gestion de projet, et en élaboration de plans communaux de développement.

FIAVOTRA MADA : est une assocation malgache créée en 2014 qui regroupe en fait 4 associations paysannes. L'objectif de Fiavotra Mada est de soutenir le développement rural en encourageant l'agriculture, l'élevage et l'artisanat. Elle accompagne ainsi ses 4 associations membres dans des projets de développement, à travers des formations, de la recherche de financement, des conseils et de l'accompagnement.

Pourquoi soutenir l'élevage de zébus ?

La vie rurale des hauts plateaux de Madagascar est principalement axée sur la culture du riz. C'est l'alimentation de base des familles et leur sécurité alimentaire dépend du succès de la récolte. Malheureusement, les rendements sont faibles, les terres s'épuisent, et les familles font généralement face à plusieurs mois de soudure au cours desquels elles doivent trouver de l'argent pour acheter un complément de riz.
Dans ce contexte, la possession d'un zébu offre plusieurs avantages aux familles. Tout d'abord, cela leur permet de constituer une épargne sur pattes qui se multiplie à faible frais car la femelle zébu donnera un petit par an, sans avoir recours à de l'alimentation industrielle couteuse. Certaines familles consomment ou commercialisent le lait de leur zébu.
Ensuite, le fumier obtenu avec les bouses est utilisé comme engrais biologique gratuit dans les rizières. Cela permet d'augmenter les rendements mais aussi d'améliorer la qualité de ces sols soumis à l'érosion.
Par ailleurs, la possession d'un zébu permet aux familles d'accroitre leur statut social, c'est à dire d'être reconnu par la communauté et d'avoir le droit de prendre part aux discussions. Cela contribue à améliorer l'estime de soi et la place dans la société.

 

Pourquoi soutenir l'élevage de poules ?

Après de nombreuses années à financer des zébus pour les familles paysannes malgaches, Zebunet s'est rendu compte que, malgré des conditions de prêt accessibles, les familles les plus vulnérables restaient exclues de cette aide au développement économique. Ainsi, avec notre partenaire Lalona et l'équipe municipale d'Amdriambilany, nous avons discuté de la possibilité et de l'intérêt de financer l'élevage de poules pour la production d’œufs et de poulets de chair.
En effet, avec un investissement de départ faible, des cycles de production courts et moins de conséquences en cas de mortalité (chaque participant achète 6 animaux), cette production est moins risquée pour des familles très pauvres. De nombreuses femmes ont déjà reçu des formations sur les techniques d'élevage amélioré et montré leur motivation à développer cette activité, nous avons ainsi financé deux gros projets (100 et 1500 femmes) d’élevage de volailles.


famille malgache zebus

 

PROJETS EN COURS

FPV 1
Partenaire : Fanaingam Pivoarana
Localisation : district d'Andramasina, région Analamenga, Madagascar.
Date de début et durée : octobre 2016 - 24 mois
Montant total du projet : 62 000 000 Ar (environ 17 700 €)
Montant individuel du prêt : 620 000 Ar (environ 180 €).
Nombre de bénéficiaires : 100
Nombre d'animaux : 100 zébus femelles
Description de l'action : financement sur 24 mois d'une zébutte par famille. La femelle sera reproduite et pourra produire jusqu'à deux petits en 24 mois, qui à leur tour pourront être engraissés et revendus, ou conservés par la famille pour augmenter le troupeau (deux femelles reproductrices, ou un boeuf pour le travail des champs). Les bénéficiaires remboursent la somme qu'ils veulent chaque mois, en fonction de leur ressources et revenus, tant que 50 % du microcrédit est remboursé la première année du projet.
Avancement : le projet a été lancé fin 2016, tous les animaux sont maintenantchez leur propriétaire et les formations ont été dispensées. Les élevages se développent et projet se poursuit. Les premiers remboursements ont été honorés et se poursuivent mensuellement selon les moyens des familles.

 

FPV 2
Partenaire : Fanaingam Pivoarana
Localisation : district d'Andramasina, région Analamenga, Madagascar.
Date de début et durée : août 2017 - 24 mois
Montant total du projet : 65 000 000 Ar (environ 18 570 €)
Montant individuel du prêt : 650 000 Ar (environ 190 €).
Nombre de bénéficiaires : 100
Nombre d'animaux : 100 zébus femelles
Description de l'action : financement sur 24 mois d'une zébutte par famille. La femelle sera reproduite et pourra produire jusqu'à deux petits en 24 mois, qui à leur tour pourront être engraissés et revendus, ou conservés par la famille pour augmenter le troupeau (deux femelles reproductrices, ou un boeuf pour le travail des champs). Les bénéficiaires remboursent la somme qu'ils veulent chaque mois, en fonction de leur ressources et revenus, tant que 50 % du microcrédit est remboursé la première année du projet.
Avancement : le projet est en lancement à l'été 2017, les animaux seront disponibles sur notre site vers septembre ou octobre 2017. Les formations sont en cours et les premiers remboursements auront lieu un mois après le lancement du projet, fin septembre.


Ambatomirahavavy 2017
Partenaire : Fiavotra Mada
Localisation : villages de Ambotomirahavavy, Ambohibato, Andriantomporay, Ambonirina et Ampano, district d'Arivonimamo, région d'Itasy, Madagascar.
Date de début et durée : décembre 2016 - 24 mois.
Montant total du projet : 24 916 600 Ar (environ 7 120 €).
Montant individuel du prêt : 420 000 Ar pour les volailles (environ 120 €)  et 820 000 Ar pour les zébus (environ 234 €).

Nombre de bénéficiaires : 39 dont 29 pour l'aviculture et 10 pour l'élevage de zébu.
Nombre d'animaux : 29 lots de 5 poules + 1 coq et 10 zébus.
Description de l'action : les bénéficiaires ont eu le choix de l'élevage financé et l'aviculture a remporté plus de succès de par sa simplicité, surtout pour les femmes. Zebunet a subventionné les formations, un complément d'alimentation et des bicyclettes pour permettre aux 3 techniciennes du projet (elles-mêmes bénéficiaires et choisies par les autres bénéficiaires) de suivre les familles. A partir de mars 2017 il y aura des remboursements chaque trimestre pour permettre aux familles de rembourser petit à petit tout en se constituant un capital.
Avancement : le projet est en cours, tous les animaux ont été achetés et sont chez leurs propriétaires et les formations ont été dispensées. Les premiers remboursements ont été respectés et les prochains sont prévus pour juillet 2017.


Miavotra volailles 2017
Partenaire : Miavotra
Localisation : villages de Ambohimiadana, district d'Andramasina, région d'Itasy, Madagascar.
Date de début et durée : octobre 2017 - 24 mois.
Montant total du projet : 12 500 000 Ar (environ 3 600 €).
Montant individuel du prêt : 500 000 Ar (environ 140 €).

Nombre de bénéficiaires : 25 jeunes qui s'installent en agriculture / élevage.
Dotation : 25 lots de 10 poules et 2 coqs + 25 poulaillers.
Description de l'action : ces 25 jeunes sortent d'une formation en Maison Familiale Rurale et souhaitent s'installer pour créer leur propre exploitation. Leurs familles leur ont prêté des terres pour commencer à cultiver, mais ils n'ont pas pu emprunter auprès d'une banque pour lancer leur activité d'aviculture. C'est par le biais d'Andry, notre partenaire de Fanaingam Pivoarana qui nous avons ainsi rencontré Safidy, l'une de ces 25 jeunes. Ensemble ils se sont structurés en association et ont déposé une demande auprès de Zebunet, pour obtenir un microcrédit. Avec moins de 150 € par personne ces jeunes ont pu améliorer leur poulailler et acquérir deux lots de volailles pour lancer leur activité. Ils sont accompagnés par leur ancien professeur pour conseil et suivi vétérinaire, et durant 24 mois ils vont développer leur petit élevage pour arriver à un équilibre et une autonomie.

Avancement : le projet est en cours, tous les animaux ont été achetés et sont chez leurs propriétaires et les formations ont été dispensées. Les premiers remboursements sont prévus pour mars 2018.

 


INFOS GENERALES

Madagascar est la cinquième plus grande île du monde. Ancienne colonie française, le pays a obtenu son indépendance en 1960 et est maintenant une République. Politiquement le pays a connu une période de crise entre 2009 et 2013, qui n’a vraiment pas amélioré sa situation générale. Depuis 2013 Madagascar est sous sa quatrième république, avec encore de gros problèmes de corruption.
De par son relief, le pays réunit une véritable mosaïque de paysages. C’est une île de contrastes entre le bush du grand Sud, les forêts humides de l’Est, les hauts plateaux granitiques du centre, parfois surmontés de massifs volcaniques et les savanes des collines sédimentaires de l’Ouest. Le climat est assez différent selon les régions, dans les Hautes Terres, où sont la majorité de nos projets, il est de type subtropical avec une forte saison des pluies entre décembre et avril.


POPULATION

Madagascar regroupe une mosaïque de populations issues de migrations africaines, malaises et arabes réparties. Le pays compte 18 ethnies, pour un total d’environ 24 millions d’habitants en 2015. C’est une population plutôt jeune, avec une croissance démographique moyenne malgré une forte mortalité infantile.
La population est inégalement répartie, avec une forte densité sur les Hautes Terres centrales autour de la capitale Antananarivo alors que le Nord, l’Ouest et le Sud sont presque vides.


CONTEXTE ÉCONOMIQUE

Madagascar a connu un appauvrissement considérable au cours des 3 dernières décennies.
De fortes compressions budgétaires ont entraîné une baisse considérable des dépenses sociales et par conséquent, un recul généralisé de l’enseignement et de la santé. L’enfant est en effet un soutien de famille et son travail est nécessaire en ville comme à la campagne. Ce processus de paupérisation est corrélé à la déliquescence de l’Etat caractérisée par la corruption et la déréglementation au bénéfice d’une minorité.
Depuis l’arrivée d’un nouveau gouvernement en 2002 puis 2013, le pays a connu de nombreuses transformations, notamment sur le plan des améliorations sociales et économiques, mais il reste beaucoup à faire car la situation demeure fragile.
Classée en 2014 au 154ème rang de l’IDH sur 187 pays, la grande île fait encore aujourd’hui partie de Pays les Moins Avancés.

 

LA PLACE DE L’AGRICULTURE A MADAGASCAR

Madagascar est un pays essentiellement rural dans lequel l’agriculture constitue la principale activité. Elle occupe plus de 20% du territoire et occupe 80% de la population active, mais ne contribue qu’à environ 27% du PIB car elle est encore majoritairement au stade d’agriculture d’autosuffisance.
Les performances de l’agriculture malgache reposent en grande partie sur celles de la riziculture. Madagascar est le 5ème consommateur de riz au niveau mondial derrière les pays asiatiques.
Bien que la majorité des ménages ruraux tirent leurs revenus de l’agriculture, le niveau de production agricole est relativement faible à Madagascar et ne permet pas l’autosuffisance du pays. L’accès à la terre, le niveau d’équipement (lié à l’isolement) et plus récemment la dégradation des sols (érosion, ensablement) sont les principales contraintes à l’augmentation de la production.
Les grands espaces et la faible densité de population font de Madagascar un pays par excellence propice à l’élevage.
Agriculture et pauvreté étant liées, c’est de l’évolution de ce secteur que dépendront l’amélioration ou la dégradation des conditions de vie des populations malgaches. Comprendre et agir en faveur de l’agriculture sembleraient donc être un levier efficace de développement à Madagascar.