Niger

ACTIONS DE MICROCRÉDIT

Des brebis et des chèvres !

 


Zones d'intervention avec nos différents partenaires :


 

Nos partenaires :

Mutuelle de Liboré : institution financière de microcrédit qui vise à permettre aux populations rurales exclues du système bancaire d'accéder à des services financiers pérennes, et d'accroître les revenus de ces populations pauvres en vue de l'amélioration de leurs conditions de vie.

 

Pourquoi soutenir l'élevage de brebis ?

En raison des rendements de culture limités, l'élevage est une activité très importante au Niger dans la formation du revenu des familles. Il existe un fort potentiel pour ce secteur avec l’augmentation de la demande intérieure due à la croissance démographique.
Dans le cheptel nigérien, c’est la production bovine qui est majoritaire, bien qu’affaiblie par les sécheresses des 20 dernières années, devant les brebis, chèvres et camélidés. On trouve de grands troupeaux transhumants conduits par des éleveurs peuls et des petits cheptels de familles sédentaires, conduits en divagation pendant la saison sèche et au piquet lors de la période d’hivernage.
Les contraintes qui entravent le bon développement de cette activité sont nombreuses: rareté de l’eau, pression de l'urbanisation sur les terres agricoles, avancée du désert, changement climatique, faiblesse du niveau d’instruction, techniques traditionnelles peu efficaces, accès limité au système de crédit rural.
Mais avec un accès au crédit de base, un encadrement adapté, des formations pratiques, les familles parviennent à développer un petit cheptel qui diversifie et améliore leurs revenus.

 


PROJETS EN COURS 

Dantchandou 2016
Partenaire : Mutuelle de Liboré
Localisation : villages de Toulliel et N'Qamdey, région de Tillabéri
Date de début et durée : février 2016 – 24 mois.
Montant total du projet : 9 750 000 FCFA (environ 14 900 €).
Montant individuel du prêt : 150 000 FCFA (environ 230 €).
Nombre de bénéficiaires : 65 femmes
Nombre d'animaux : 260 brebis
Description de l'action : Les femmes bénéficiaires de ce projet sont, comme pour les précédents projets, toutes dans des situations de précarités diverses (pauvreté, analphabétisme, veuvage, etc). Elles ont 24 mois pour développer cette activité et rembourser le capital. Notre partenaire La Mutuelle de Liboré assure le suivi vétérinaire et les formations de base à ces femmes.
Avancement : le projet, lancé en février 2016, est maintenant en phase de croisière Les animaux ont été tous achetés, contrôlés par l'agent vétérinaire et vaccinés, et les formations ont été dispensés. Les femmes développent  leur élevage et les premiers remboursements ont eu lieu début 2017.

 

Bagoua 2017
Partenaire : Mutuelle de Liboré
Localisation : villages de Bagoua, Sourgourou, Berey Ganda, Fandou Béri, Ahamendey, région de Tillabéri, Niger.
Date de début et durée : mai 2017 – 24 mois.
Montant total du projet : 16 050 000 FCFA (environ 24 470 €).
Montant individuel du prêt : 150 000 FCFA (environ 230 €).
Nombre de bénéficiaires : 107 femmes
Nombre d'animaux : 428 brebis
Description de l'action : Les femmes bénéficiaires de ce projet sont, comme pour les précédents projets, toutes dans des situations de précarités diverses (pauvreté, analphabétisme, veuvage, etc). Elles ont 24 mois pour développer cette activité et rembourser le capital. Notre partenaire La Mutuelle de Liboré assure le suivi vétérinaire et les formations de base à ces femmes.
Avancement : le projet, lancé en mai 2017, est maintenant en cours. Tous les animaux ont été achetés, sont vaccinées et chez les femmes. Les premiers remboursements auront lieu après un an de projet et le prochain suivi des animaux est prévu pour fin 2017.



 

INFOS GENERALES

Le Niger, dont la capitale est Niamey, est le plus vaste pays de l’Afrique occidentale, carrefour d’échanges entre l’Afrique du Nord et l’Afrique au Sud du Sahara. Le territoire est constitué à 80% du Sahara et du Sahel. Le désert progresse de 200 000 hectares chaque année et les programmes de reforestation se heurtent aux fréquentes sécheresses et à la demande croissante en bois et en terres agricoles. L’accès à l’eau reste un problème pour une grande partie de la population, et en 2015 le pays est déclaré en situation de pénurie alimentaire structurelle. Le Niger figure parmi les derniers en termes d’IDH, classé 188 sur 188 en 2015.
La vie politique nigérienne des années 60 jusqu'à la fin des années 90 est marquée par une série de coups d'état et une succession de régimes militaires sur fond de crise économique et de grande pauvreté. En 2010 la 7ème république a été proclamée et depuis des élections, reconnues libres et transparentes par les divers observateurs, ont permis de mettre en place un gouvernement démocratique.

POPULATION

Le Niger compte plus de 18 millions d’habitants en 2014, dont plus de 80 % vivent en zone rurale, population qui augmente au rythme de 3% par an. Le taux de fécondité de 7 enfants par femme est l’un des plus élevés au monde, principalement dû au fait que les enfants représentent un capital économique qui compense l’absence de retraites.
Les 2 ethnies majoritaires, les Haoussas (55%) et les Djermas-songhais (22%) constituent les ¾ de la population. Le quart restant se partage entre les Peuls (8 %), les Touareg et Bella (10 %), les Kanouri et Boudouma (6 % dont 4 pour les Kanouri) et enfin les Toubou, les Arabes et les Gourmantché.
La pauvreté est essentiellement rurale, sur l’ensemble du pays il est estimé qu’environ 76 % des habitants vivent avec moins de 2 dollars par jour, 66% de la population rurale est considérée comme pauvre et 36% comme extrêmement pauvre.
Un régime alimentaire très pauvre se caractérise par l’absence de consommation régulière de viande et de produits laitiers, de légumes et de fruits ainsi qu’une forte fréquence de journées à deux repas, trois repas étant la norme.

 

ÉCONOMIE

L’extraction de l’uranium, dont le pays est le 2ème producteur derrière le Canada, constitue le premier revenu du pays, et les mines de charbon représentent un dixième du PIB.
Le Niger se retrouve souvent en situation de pénurie alimentaire, et sans l’aide internationale, des coopérations internationales ou d’ONG, le pays ne pourrait subvenir aux besoins de sa population. De plus le gouvernement a longtemps refusé d’investir dans les zones sous le contrôle des Touaregs, ce qui a entrainé des révoltes, et en parallèle des trafiquants de drogue et une branche d’Al Qaïda ses sont installés dans certaines régions.
Malgré 11% seulement de surfaces propices à l’agriculture (localisées au Sud du pays autour de Niamey et du fleuve Niger), le Niger est un pays agricole qui cultive du mil et du sorgho pour le marché intérieur et élève du bétail exporté en partie vers le Nigeria voisin. 90% de la population du pays travaille dans l’agriculture.