Mali

ACTIONS DE MICROCRÉDIT

Des chèvres et des boucs !

 


Zones d'intervention avec nos différents partenaires :


 

Nos partenaires :

Initiatives - Conseils et Développement : ICD est une ONG malienne à but non lucratif, créée en 2001, dont l'objet est de contribuer à l'augmentation et à la sécurisation durable des revenus des petits et moyens producteurs. L'association oeuvre à travers tout le pays et plus particuièrement dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti et Gao. ICD est spécialisée en élevage, agriculture et développement rural.

AMPDR : Association Malienne Pour le Développement Rural est une association de droit malien créée en 1994. AMPDR a pour objectif de contribuer au renforcement des capacités d'autopromotion des communautés en vue d'un développement durable. Plus précisemment l'association accompagne les organisations paysannes dans leur développement et travaille dans différentes zones rurales sur les questions de décentralisation avec les populations locales. AMPDR intervient actuellement dans 3 régions au Mali : Koulikoro, Sikasso et Ségou.

Dogon Nature : Association  française créée en 2014 qui a pour objectif d'apporter une aide au développement des communautés paysannes du Pays Dogon au Mali, en particulier celle de Koundou Dah. Plus largement, I'associaiion soutient la diffusion des pratiques agroécologiques au Mali et en Afrique de l'Ouest. Pour cela Dogon Nature soutient des projets : d'accès aux ressources en eau, d'accès aux moyens de production agricoles, et de développement de parcelles maraîchères cultivées en agroécologie.

Pourquoi soutenir l'élevage de caprins ?

L'agriculture se pratique essentiellement autour du fleuve Niger et est encore très familiale : peu d'irrigation, d'outillage, dépendance de la pluviométrie et des monocultures. Le Mali est un gros producteur de bétail dans la sous-région, notamment bovins et caprins, mais cette filière est encore peu professionalisée et la pauvreté en zone rurale ne permet pas d'acquérir régulièrement de la viande (une bonne partie de la production étant consommée en ville ou exportée vers les pays voisins).

De plus le contexte géopolitique de la région fait que les populations sont fragilisées, surtout en milieu rural, et que le développement a été ralenti ces dernières années. Ainsi passer la première étape d'acquisition de quelques têtes, pour se développer un petit cheptel, reste très difficile pour des familles vulnérables; alors que bien menée cette activité peut rapidement être rentable et améliorer les revenus annuels d'un foyer.


PROJETS EN COURS 

Maféya 2017
Partenaire : ICD
Localisation : village de Maféya, commune rurale du Meguetan, Cercle de Koulikoro, région de Koulikoro, Mali. 
Date de début et durée :  janvier 2017 - 24 mois
Montant total du projet :  4 637 200 FCFA (environ 7 070 €)
Montant individuel du prêt : 106 950 FCFA (environ 163 €)
Nombre de bénéficiaires : 36
Nombre d'animaux : 36 boucs et 72 chèvres
Description de l'action : financement d'un mâle et 2 femelles par bénéficiaire afin de démarrer une activité de petit élevage de caprins. Zebunet finance sous forme de subvention les compléments d'alimentation et les soins vétérinaires pour la première année. Les bénéficiaires sont majoritairement des femmes et tous sont membres d'un groupement paysan. Les familles ont 24 mois pour développer leur élevage et rembourser leur microcrédit en deux échéances. Notre partenaire ICD assure les formations en conduite d'élevage, soins et gestion de budget en début de projet, et accompagne les 36 bénéficiaires tout au long de l'action afin de suivre les activités et conseiller les familles.
Avancement : le projet est maintenant en cours, les animaux ont tous été achetés, vaccinés et les bénéficiaires développent leur élevage. Le projet est en ligne sur le site et les premiers remboursements auront lieu en mai 2018.

 

Tiakadougou 2017
Partenaire : AMPDR
Localisation : commune rurale de Tiakadougou Dialakoro, Tiakadougou Faraba, Séléfougou et Kangaba.

Date de début et durée :  juillet 2017 - 24 mois
Montant total du projet :  4 278 000 FCFA (environ 6 520 €)
Montant individuel du prêt : 135 167 FCFA (environ 206 €)
Nombre de bénéficiaires : 30
Nombre d'animaux : 30 boucs et 60 chèvres
Description de l'action : financement d'un mâle et 2 femelles par bénéficiaire afin de démarrer une activité d'élevage de caprins. Zebunet finance sous forme de microcrédit les animaux, l'alimentation de départ et les abris. Nous subventionnons les frais de suivi du partenaire local ainsi que la formation dispensée en début de projet afin d'assurer un suivi de qualité. Les familles ont 24 mois pour développer leur élevage, reproduction en embouche, et pour rembourser petit à petit leur prêt tout en se constituant un cheptel.

Avancement : le projet démarre en juillet avec formation, construction des abris et achat des animaux. En un mois les élevages seront en place et vers septembre nous aurons les photos et le projet sera en ligne sur le site. Le premier bilan cheptel sera fait en fin d'année et les premiers remboursements sont prévus pour juillet 2018.

Koundou 2018
Partenaire : Dogon Nature
Localisation : Koundou, commune rurale de Sangha, cercle de Bandiagara, région de Mopti, Mali.

Date de début et durée :  mars 2018 - 24 mois
Montant total du projet :  4 696 700 FCFA (environ 7 160 €)
Montant individuel du prêt : embouche race locale : 39 400 Cfa (60 €), embouche Bali bali : 59 400 Cfa (90 €),  élevage race locale (1 mâle et 2 femelles) : 89 400 Cfa (135 €).
Nombre de bénéficiaires : 60
Nombre d'animaux : 120 ovins
Description de l'action : financement soit d'un mâle pour embouche, soit d'un mâle et deux femelles pour l'élevage et la reproduction, selon le choix de chaque femme. Les deux activités ont leur intérêt, dans le cas de l'embouche cela demande d'entretenir un seul animal mais d'assurer une bonne alimentation, et cela peut augmenter le prix de la bête de 30 à 50% en 6 mois. Dans le cas de l'élevage l'activité permet de créer un petit cheptel pérenne, les 12 à 18 premiers mois rapporteront moins que l'embouche, mais sur le long terme l'activité permet de rembourser le prêt tout en ayant développé un troupeau de base.

Zebunet finance sous forme de microcrédit les animaux, les soins vétérinaires et la formation. Nous subventionnons une partie des frais de suivi du partenaire local, et les femmes ont à leur charge d'assurer l'alimentation des bêtes. 

Avancement : le projet est en phase de lancement, d'ici fin mars les animaux seront tous achetés et le projet sera en ligne sur le site courant avril. Les remboursements ont été prévus en deux échéances, février 2019 et février 2020.

  

INFOS GENERALES

Le Mali, dont la capitale est Bamako, est un pays d'Afrique de l'Ouest frontalier avec la Mauritanie, l'Algérie, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Sénégal et la Guinée. Le pays est une République indépendante depuis 1960 et fait parti de la CEDEAO et de l'Union Africaine. Pays enclavé au niveau géographique, il est traversé par les fleuves Niger et Sénégal mais n'a pas d'accès à la mer et peut être divisé en 3 zones climatiques : désertique au Nord (Sahara méridional), région sahélienne au centre relativement sèche mais cultivée dans la vallée du fleuve Niger, et enfin région soudanienne au Sud, alliant savane et forêt.

Le Mali a une économie essentiellement rurale et fait parti des 48 pays les moins avancés sur le plan socio-économique d'après l'ONU. Depuis 1992 le pays est une démocratie et est en proie à différents conflits armés depuis 2012, notamment au Nord du pays, où sévissent différents groupes armés (indépendentistes, extrémistes religieux, etc). Depuis 2013 plusieurs pays (Tchad, France, CEDEAO, UE) se sont associés sous l'égide de l'ONU pour venir en aide au gouvernement et différentes interventions militaires ont été menées, notamment pour lutter contre les mouvements djihadistes.

 

POPULATION

La population malienne est composé d'environ 15 millions d'habitants originaire de multiples ethnies, dont entre autre des Bambaras, Bobos, Dogons, Malinkés, Peuls, Touaregs et Toucouleurs. La langue officielle est le français mais la population parle majoritairement les langues nationales, le Bambara étant le plus utilisé.

Les femmes représentent plus de 53 % de la population et ont en moyenne 6,54 enfants, ce qui fait que le pays possède l'un des taux de fécondation les plus élevés au monde. Le taux de scolarisation dans le secondaire reste très faible avec environ 4 % pour les filles et 14 % pour les garçons, tandis que le taux d'alphabétisation est estimé entre 23 et 46 %. L'espérance de vie à la naissance est de 53 ans en moyenne, ce qui est peu et notamment du à la pauvreté en zone rurale et au manque de soins.

 

ÉCONOMIE

L'activité économique du Mali est surtout concentrée dans la vallée du fleuve Niger, 65 % du territoire national étant en région désertique ou semi-désertique. Environ 10 % de la population est nomade et 80 % travaille dans l'agriculture ou la pêche, l'économie nationale reposant donc majoritairement sur le secteur primaire.

Le pays a également un sous sol assez riche : pierres précieuses, fossiles, or sont présents et convoités.; et la principale exportation du pays est l'or (troisième producteur aurifère d'Afrique), suivi du coton, ressource instable car dépendante des cours mondiaux, puis du bétail. Il exporte également des mangues et de l'arachide, même si c'est encore loin de leur capacité maximum.

Ses principaux partenaires commerciaux sont le Sénégal, la Chine, puis la France, la Côte d'Ivoire, la Belgique, l'Allemagne, etc..

Le Mali est capable d'assurer son autosuffisance alimentaire lors des bonnes années de pluies en terme de bétail et céréales sèches, mais les cultures irriguées manquent réellement et l'élevage reste à développer et professionnaliser (formation, alimentation, compétence vétérinaire, etc). Le cheptel national est estimé  7,8 millions de têtes de bovins et 22 millions de têtes de caprins.

Le pays a donc des moyens pour se développer et augmenter sa richesse, mais il souffre de l'aridité de son climat, de sa démographie et les différents conflits ces dernières années déstabilisent le pays et ralentissent sa croissance. La population est victime de ce contexte et la majorité des démunis (près de 80 % de la population) vivent en zone rurale.